Now Reading
JNPR – “J’avais envie d’un projet qui fasse sens avec mes racines”, rencontre avec Valérie De Sutter

JNPR – “J’avais envie d’un projet qui fasse sens avec mes racines”, rencontre avec Valérie De Sutter

JNPR_AMBIANCE

Alors que cette catégorie explose littéralement depuis maintenant plusieurs mois nous partons cette semaine à la découverte de JNPR (prononcer Juniper), un nouveau venu dans l’univers des spiritueux sans alcool. Issu d’une sélection minutieuse de botaniques de qualité, la première création de la marque JNPR n°1 est composée de baies de genévrier, de coriandre, de cardamome et de pomme, hommage aux origines normandes de sa créatrice. Valérie De Sutter, à l’initiative du projet, a accepté de répondre aux questions de Speakeasy. Elle nous parle de son aventure, de ses rencontres et de sa démarche derrière JNPR.

 

Après une carrière en politique vous avez décidé de vous lancer dans une nouvelle aventure dans l’univers des spiritueux sans alcool. Comment vous est venue cette idée de lancer JNPR ?

Je vois que vous êtes bien renseigné ! Je voudrais tout d’abord vous remercier de m’accorder cette interview, car cela ne me semble pas totalement évident, pour un amateur et surtout connaisseur comme vous du monde des spiritueux « traditionnels ». Je le prends comme la reconnaissance du savoir-faire qu’il y a derrière les spiritueux sans alcool, notamment dans la sélection et le travail des botaniques et l’usage de l’alambic, et je vous remercie sincèrement. Pour revenir à votre question, il y a eu une combinaison de facteurs, mais le vrai déclencheur, cela a été un voyage aux États-Unis, pendant lequel j’ai découvert une offre de boissons qui n’avait rien à voir avec ce qu’on a ici : plus de goût, une attention portée aux composants, au sourcing, aux effets, un travail pour réduire le sucre… Il y a aussi là-bas beaucoup de sodas de mauvaise qualité, je reste lucide, mais j’ai aussi goûté des boissons très élaborées. Je fais par ailleurs, comme beaucoup de monde, toujours plus attention à ce que j’achète, mais je remarque que pour les boissons on regarde rarement l’étiquette. Je me suis interrogée là-dessus, et j’ai aussi commencé à analyser mon rapport à l’alcool. Et puis… j’ai grandi en Normandie, et je suis ensuite partie à Paris, Londres, et Milan pour étudier et travailler. J’avais envie d’un projet qui fasse sens avec mes racines. Nous venons de planter des genévriers en Normandie pour nous assurer de la qualité de notre sourcing, et c’est une grande fierté.

VALERIE DE SUTTER JNPR
© JNPR

Vous vous êtes associée avec Flavio Angiolillo de l’incontournable 1930 cocktail bar de Milan. Comment s’est fait cette rencontre ? Comment avez-vous trouvé la recette idéale pour JNPR ? 

La rencontre avec Flavio a effectivement été décisive. A Milan, Flavio est incontournable pour qui travaille dans ce secteur. Je suis allée le voir pour lui parler du projet, et progressivement on a avancé ensemble. Lui et son équipe ont été décisifs pour élaborer la recette. Comme vous l’avez dit, je ne viens pas du monde des spiritueux, et son jugement, ses conseils, sa vision, son palais ont été indispensables pour goûter et améliorer les nombreux tests que nous avons effectués. Et aujourd’hui, c’est toujours lui qui fait les meilleurs cocktails à base de JNPR n°1 !

Tous les ingrédients sont naturels et votre recette ne contient aucun sucre, édulcorant ou colorant, pourquoi ce choix vous tient-il particulièrement à cœur et comment sourcez-vous vos produits ?

C’était un choix très fort dès le départ, une condition pour me lancer dans ce projet. Pas d’alcool, et pas de sucre tout d’abord. C’est assez radical, car la quasi-totalité de ce que vous buvez aujourd’hui à part de l’eau en contient, et nos palais y sont très habitués. Je dois avouer que j’y tenais plus que tout, on a eu des discussions avec Flavio autour de cela, mais il était important pour moi de montrer que ce n’était pas un élément indispensable. Je tenais également à avoir des ingrédients les plus naturels possible, en quelque sorte à revenir aux vieux remèdes, à l’utilisation de l’alambic il y a quelques siècles. Et je tenais aussi à ce que le packaging soit écoresponsable, et nous avons travaillé chacun des composants en ce sens. Pour être transparente, je pense qu’on peut encore améliorer quelques process, j’y travaille d’ailleurs actuellement, mais on est avec certitude beaucoup plus en avance que beaucoup d’acteurs, dans un secteur qui tarde quand même à faire sa révolution sur le sujet.

JNPR spiritueux sans alcool
© JNPR

Après cette première référence très réussie, que pouvons-nous attendre pour la suite ?

Merci beaucoup pour ce compliment ! J’ai beaucoup d’idées pour la suite, je pense qu’il y a vraiment beaucoup de choses à faire, à inventer, et à réinventer, en termes de compléments par rapport au numéro 1, mais aussi par exemple pour d’autres occasions de consommation. J’ai envie de m’inspirer de voyages mais aussi de récentes découvertes gustatives. Mais ce serait prématuré d’en dévoiler plus aujourd’hui ! Notamment car ce n’est jamais facile de lancer un projet de ce type, mais comme vous vous en doutez ce l’est encore moins quand on se retrouve en confinement un mois après le lancement. Et puis, j’ai encore beaucoup à faire pour faire connaître et reconnaître JNPR n°1, le savoir-faire derrière le produit, et ma démarche, et je ne peux me permettre le luxe de me disperser pour le moment !

JNPR Bar cocktail
© JNPR

L’histoire de JNPR ainsi que plusieurs recettes de cocktails sont à retrouver sans plus attendre ici.

 

Merci à Valérie d’avoir répondu à nos questions. Bravo pour cette très belle réussite et bon courage pour la suite.

© 2019 Speakeasy. Tous droits réservés.

L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Scroll To Top