Now Reading
Fever-Tree : aux racines d’une aventure visionnaire

Fever-Tree : aux racines d’une aventure visionnaire

Fever Tree mixer cocktail gin tonic ginger beer

Il y a vingt ans, Tim Warrillow et Charles Rolls se rencontraient dans un pub londonien. Et de cette rencontre naissait la marque de mixers que l’on connait tous aujourd’hui : Fever-Tree. Encore en 2024, Fever-Tree est désigné comme la marque de mixers la plus vendue et la plus tendance, pour la dixième année consécutive, par le magazine de référence Drinks International : Fever-Tree.

Mais l’histoire de Fever-Tree prend racine avant même la rencontre de ses fondateurs, dans les colonies britanniques, au XIXᵉ siècle. À l’époque, les habitants des colonies ont l’habitude de consommer de la quinine, un antipaludéen naturel. Si les Français ont plutôt tendance à intégrer la quinine dans des apéritifs à base de vin (Byrrh, Dubonnet, Kina Karo…), les Anglais le mélangent à leur gin pour en atténuer l’amertume : c’est l’ancêtre du gin & tonic. Chacun sa recette à base de quinine, et les moutons de l’apéro seront bien gardés !

Fever Tree fondateurs Tim Warrillow et Charles Rolls
© Fever-Tree

Mais qu’est-ce-que la quinine ? C’est l’écorce d’un arbuste, le quinquina, dont le nom courant dans les colonies britanniques est… fever tree : l’arbre qui soigne les fièvres du paludisme. Il n’est pas certain que le remède soit miracle, ni même efficace, mais il a eu la vertu de créer un cocktail subtilement amer que nous avons le plaisir de siroter aujourd’hui. Et d’inspirer Mr. Warillow et Rolls dans l’élaboration d’une recette de tonic de grande qualité.

Fever Tree Sourcing gingembre
© Fever-Tree

Car en 2004, lors de leur rencontre, les deux fondateurs de la marque Fever-Tree font un constat : si les spiritueux commencent à monter en qualité, et si le public est de plus en plus averti, ce n’est pas du tout le cas pour les tonics, ou autres mixers. Bourrés d’édulcorants et d’arômes artificiels, ils écrasent toutes les subtilités du gin auxquels on les mélange. À quoi bon alors se fatiguer à sélectionner un gin de qualité ? Tim Warrillow et Charles Rolls décident de remédier à cette absurdité. Ils fondent leur slogan à partir de leur conviction : Si les 3/4 de votre cocktail est un mixer, choisissez le meilleur. Et l’aventure peut démarrer !

Fever Tree Sourcing
© Fever-Tree

Les deux associés vont alors se plonger dans de nombreux livres d’histoire et manuscrits, à la recherche de traces de la quinine et de son approvisionnement, depuis le XVIIIᵉ siècle. Puis, ils partent pour un voyage de 15 mois, sourcer les meilleurs ingrédients et rencontrer leurs producteurs. Dans la République démocratique du Congo, ils dénichent la dernière plantation de quinquina (ou de fever trees, devrais-je dire) où la quinine est extraite de façon traditionnelle, tous les huit ans. Mais leur chasse ne s’arrête pas là : Côte d’Ivoire pour le gingembre vert frais, Mexique pour les oranges amères, Provence pour le thym citronné… Aucun arôme n’est laissé au hasard. Ces pionniers du goût ne reculent devant aucune exploration pour découvrir les meilleurs producteurs, et élaborer la recette la plus pure.

Fever Tree Sourcing orange amère
© Fever-Tree

Le premier produit Fever-Tree, le Premim Indian Tonic Water, voit le jour en 2005. Avec ses ingrédients naturels, la qualité de ses bulles est assurée par son conditionnement : des bouteilles en verres ou des cannettes métalliques, en petit, voire tout petit format. Jamais de plastique, qui peut altérer l’effervescence, et des contenants de 15 cl, 20 cl et 50 cl. La gamme s’est aujourd’hui bien étoffée et comprend, pour la France : cinq tonics, deux gingers, trois sparklings et un soda water, à retrouver sur le site Fever-Tree.

Fever Tree cocktail
© Fever-Tree

On ne peut que saluer bien bas l’aspect visionnaire de l’entreprise Fever-Tree. Alors qu’à l’époque de sa création, l’idée de tonic de qualité n’existait même pas, la marque lançait un produit qui répond aujourd’hui à des tendances très actuelles. Ses fondateurs ont eu au moins vingt ans d’avance.

Fever Tree mixer cocktail gin tonic ginger beer
© Fever-Tree

La recherche de qualité, d’authenticité et de simplicité est aujourd’hui chère au cœur des consommateurs. Dès le départ, la marque a incarné ces valeurs dans la recherche de ses recettes, mais également dans sa façon de communiquer : “Nous avons toujours voulu susciter l’intérêt de nos consommateurs, et pour nous, cela passe par communiquer directement avec eux. Depuis toujours, c’est notre objectif sur nos bars éphémères et événements.” Tim Warillow.

De même, l’essor de l’apéritif, où le cocktail prend de plus en plus de place, augure des lendemains qui chantent pour la marque. Le cocktail long drink répond parfaitement à plusieurs demandes du consommateur :

  1. La simplicité (seulement quelques ingrédients),
  2. La qualité (des ingrédients naturels),
  3. Le low ABV (un cocktail qui ne soit pas trop alcoolisé)

Et quoi de mieux qu’un mixer de haute qualité pour réaliser le long drink idéal ?

Fever Tree cocktail framboise et rhubarbe
© Fever Tree

Il ne serait pas raisonnable de leur attribuer l’anticipation en 2004 de la crise du covid, et pourtant… Les mixers Fever-Tree sont des produits très accessibles, que l’on retrouve aussi bien dans les meilleurs bars qu’au supermarché en bas de chez soi. Un atout indéniable lors des divers confinements, qui allié à une prise de conscience sur nos modes de consommation, n’ont pu que propulser encore un peu plus ces boissons. Pas besoin d’être un grand bartender pour réaliser chez soi un délicieux gin & tonic ou moscow mule avec les produits Fever-Tree : un alcool de qualité, un verre, des glaçons et zou ! Ça fonctionne.

Fever-Tree Pink Grapefruit
© Fever-Tree

Et les fondateurs ne comptent pas s’arrêter là : “Les gins ne représentent que 6% des spiritueux premium, nous avons donc une vraie opportunité sur les autres catégories de spiritueux. La part des spiritueux bruns, par exemple, est 10 fois plus importante que le gin, et nous sommes aujourd’hui la première entreprise à développer une gamme entière de mixers dédiée à cette opportunité remarquable.Tim Warillow. Pour la France, les vermouths en Long drink semblent également être une piste de réflexion. Une tendance de plus flairée.

Cette année encore, Fever-Tree s’illustre comme la marque de mixers la plus vendue et la plus tendance, pour la dixième année consécutive, d’après le magazine de référence Drinks International. On peut parier que cette dixième année ne sera pas la dernière !

Fever-Tree
© Fever-Tree

 

 

Un article réalisé en partenariat avec Fever Tree

© 2019 Speakeasy. Tous droits réservés.

L'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Scroll To Top

Soif d'apprendre ?

Recevez notre abécédaire des spiritueux !

et notre Newsletter pour ne rien rater de l'actualité

 

Parce que la curiosité est une belle qualité

Merci !